Jean-Pierre Fouque


Auteur dramatique - Scénariste

Écrivain - Essayiste - Pamphlétiste



////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



loader


-Accueil-


-Cliquez ici-

loader


-Nouvelles de Nessuno-


-Cliquez ici-

loader


-Historiettes illustrées de Nessuno-


-Cliquez ici-


loader


-Ce sont les dernières pensées de Nessuno ?-


-Cliquez ici-

loader


-Oui oui ! Et là c'est la suite-



-Cliquez ici-


loader


Pensées de Nessuno I

Chapitre Premier

De 1 à 20


-Cliquez ici-

loader


Pensées de Nessuno I

Chapitre Deuxième.

de 21 à 41


-Cliquez ici-


loader


Pensées de Nessuno I

Chapitre troisième

de 42 à 62



-Cliquez ici-

loader


Pensées de Nessuno I

Chapitre quatrième

de 63 à 72



-Cliquez ici-


loader


Pensées de Nessuno II

Chapitre deuxième

De 21 à 41.



-Cliquez ici-

loader


Pensées de Nessuno II

Chapitre troisième.

De 42 à 62.



-Cliquez ici-

loader


Pensées de Nessuno II

Chapitre quatrième.

De 63 à 70.



-Cliquez ici-




1 - Les Miroirs.


2 - Gainsbourg & moi.


3 - À ma petite monstresse.


4 - Pour qui, pourquoi ?


5 - Tu ne l’emporteras pas... Au paradis !


6 - Des gens et des bêtes


7 - Être ou a pas être


8 - Pour Toi.


9 - ...Poule Runner...


10 - Apostolat.


11 - Point de vue.


12 -Les sportifs et la mort.


1 3 - "J'ai l'avantage !"


14 - Cinquante nuances degrés ou Ragtime


15 - Arc en ciel.


16 - Tic Tac. Hommage à Serge.


17 - Considération du poète sur... l’Amour.


18 - Nuits blanches.


19 - Libre arbitre.


20 - Libre arbitre suite.

Veuillez choisir un titre et faire dérouler le menu car la fonctionnalité

(cliquer dessus pour y être redirigé, n'est pas encore active.)

Merci d'avance.


-1-

"Les miroirs"

Ah les miroirs mesdames & messieurs...


Les miroirs sont menteurs

J’irais même jusqu’à dire que certains sont mythomanes.

L’ on se regarde le matin,

Le soir, voire l’après midi…

Et l’on se fait des têtes de…

Circonstances aggravantes…

Circonstances atténuantes…





Des têtes en l’air

Des têtes de pioche

Certains même, se font des têtes à claque…


Oui particulièrement, les catholiques pratiquants…

Oui mesdames et messieurs…



Les miroirs sont le prolongement mental de nos traités intimes.



-2-

"Gainsbourg & moi."

Lui & moi faisons deux

Oui mesdames & messieurs

Nous fumons tous les deux.





-3-

loader

"À ma petite monstresse."

Les yeux en vrille

La langue Na !

La bobine mélodie

En sous Sol, La

Si réminiscences parfois…

Nécessite un

Do thea time.

Et des petits gâteaux.

Tôt l’errance

Oublie les port’mantaux

Mais un Do en titane

Solide et léger

Mi Fa saut vent

Initie une symphonie.

Musique vibrante

D’oiseaux bariolés.

N’ai crainte de la pluie

Elle ne fait que glisser

Puisque par les notes tu es portée

Musicale envolée, lyrique.

N’ai crainte de toi

Tu es au diapason

Tu sais où es ta maison.

Ma fill’mon enfant

Il en faut du temps

Pour respirer vraiment

Alors enjoye your life

Mange-la without knife

Et ta nature, ton rythme, ton souffle

Renaîtrons du plus profond

De ton être musicalité.



-4-

loader

"Pour qui, pourquoi ?"



Des mots pour qui, des mots pourquoi ?

Des mots qui s’envolent

Des mots qui s’évaporent

Des mots sans résonance

Des mots sans conséquence

Changer ces mots en paroles avec le fol’espoir

Qu’ils prennent forme, les voir.

Est-ce cela possible ?

Est-ce cela accessible ?

Est-ce cela sans risque ?

D’ouvrir la boîte de Pandore

De s’enfermer pour l’éternité

Et sa voix sans arrêt écouter

De l’entendre jusqu’à ne plus en pouvoir,

De l’entendre à ne plus savoir ce qu’elle dit,

De l’entendre à en devenir fou.

Je t’écris ce soir à toi qui n’est pas là.

Je t’écris ces mots, comme je crache mes peintures sur mes toiles,

Sans savoir ce qu’il en adviendra...



-5-

loader


"Tu ne l’emporteras pas...

lAu paradis !"


Ai-je entendu dire, un de ces jours

De grand désespoir par une personne

À une autre.

Et moi, je demanderais, quoi ?

Qu’est-ce qu’il n’emportera pas au paradis ?

Voyons voir, si tant est que le paradis existe…


Et vous connaissez mon avis sur le sujet. (Cfr : Le libre artbitre.)

Mais bon… Pour ceux qui y croient,

Qui croient donc en un paradis et un enfer.

Que pourrait-on bien y emporter ?


Prenons une hypothèse de travail.


Y a t-il une balance, un tri ?

Et donc par voie de conséquence, une partie…


Rejetée en enfer ?


Ce que l’on appelle communément notre âme,

Serait-elle séparée en deux ?


D’un côté :


Les "Mauvaises actions" iraient nourrir…

Le flot putride et malodorant de leurs "jumelles" ?

Finiraient-elles dans une espèce...

De fort Guantánamo puissance, plus qu’un trillion


(Oui, ça c’est pour l’image, si tant est qu’il puisse y en avoir une.)



Donc dans cet espèce de fort Guantánamo

En plein soleil et habilement bâti

En matériaux hautement inflammables.


Et d’un autre :


Les "Bonnes actions"


S’envoleraient… Elles…

Telles de blanches et pures colombes

Vers la sérénité éternelle ?


Nous savons que depuis des siècles

Le manichéisme est de mise

Que le dressage fût plus qu’efficace

Mais tout de même.


nnnnnnnnnnnnMoi, j’dis ça, j’dis rien.



-6-

"Des gens et des bêtes."


Vous pourrez constater qu’il y a des gens…


Qui ont l’air bêtes.

Mais peut-être aurez-vous l’occasion de remarquer,

Qu’il y en à d’autres, qui sont plus bêtes…

Que ce qu’ils en ont l’air.


Quant à d'autres, ils ont l'air... Mais l'air...

Ceux-là mesdames et messieurs,

Sont des chefs d'orchestres aguerris

Pouvant diriger n'importe quelle symphonie.



-7-

loader

"Être ou a pas être."

Certains vous dirons peut-être

Je suis, ou je ne suis pas ?

S’inspirant de ce cher William

Et moi, je dirais plutôt ?

Je nais, ou je nais pas ?

Eh bien oui, quand tu nais, tu es...

...Après il faut gérer

Si tu ne gères pas,

"Contre les mers de troubles" par exemples

Tu n’es plus.

Simple et basique,

Comme dirait l’autre.

Que j’aime bien au demeurant.

Simple et basique en écoute ici : https://orelsan.lnk.to


ou


Dans un autre style Suicide social : d’orlesan aussi :


https://www.youtube.com/watch?v=B2kvtRprvkk





-8-

loader

"Pour Toi."

Les yeux j’te tue

À travers la masse touffue.

La bouche fermée

Le sourire aux lèvres

L’nez suivant, se lève.

Il est homme et enfant

La naïveté au fond de son être

La maturité car il faut bien paraître.

Se caparaçonner contre les gens bêtes.

Il a faim de vie

Mais comment l’oublier

Alors elle le tenaille

Il tente de rencontrer des êtres qui en ont

Mais ils sont tous mûrs

Et prêts à tomber.

Dans la bêtise, comme tant d’autres.

Alors, il réajuste son armure

Et en un coin secret

Doux comme une aurore d’été

Il y dépose sa naïveté.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Para Ti

Os olhos : Te mato !

Através da massa espessa.

A boca fechada

O sorriso nos seus lábios

O nariz, a seguir levante-se…

É homem e criança

A ingenuidade no fundo do seu ser.

A maturidade para a aparência.

Para se carapaçar contra pessoas estúpidas.

Ele está com fome de vida



Mas como a esqueser ?

Então, ela aperto-lhe, a saccana.

Ele tenta descobrir seres que têm.

Mas eles estão todos maduros

E prontos para cair…

Na estupidez, como tantos outros.

Então ele reajusta sua armadura

E n'um canto secreto

Doce como um amanhecer de verão

Ele coloca sua ingenuidade.



-9-

"...Poule Runner..."


Rien ne sert de courir, il faut partir à point.


Disait la poule au pot.




-10-

loader

"Apostolat."

Il pleurait, pleurait,

Toutes les larmes de son corps,

Il riait, riait

Toutes les tripes de son ventre.

Les gens étaient là, pleurant, riant,

Étant pris d’une étrange transe.

Quand la cloche sonna

Que l’office fut rendu

Il prit saut et serpillière

Et se dit qu’s’il avait su y s’rait pas v’nu

Finir à la p’itcuillère

Si c’était pas une misère.



-11-

"Point de vue."


Les racistes ne sont pas tous méchants !

Comme dirait mon ami qui lui-même est de couleur.


– Mais quel est le rapport avec la couleur ?

– Eh bien mon cher, il n’y en a pas.



-12-

loader

"Les sportifs et la mort."

Marchez, marchez randonneurs.

Courrez, courrez footingeurs.

Que la mort ne vous rattrape…





-13-

loader

"J'ai l'avantage !"

Tout avantage n’est pas un gage de victoire

Surtout dans la bêtise.



-14-

"Cinquante nuances degrés ou...Ragtime."




Écrire est une belle chose

Décrire en est une autre

Décrire le ballet d’une lettre

Écrire la résonance de son mot

Faire intervenir les trompettes.

Pour souligner les tempos

Contrebasse et banjos.

Ni vu, ni connu, c’est pas beau ?

Certes la phrase est belle !

Mais pas nécessaire les micros...



-15-

loader

"Arc en ciel."

Vert ou pas, qui s’en préoccupera ?

Je continue, sans retourner sur mes pas.

Verre d’eau, source de toute source ?

Verre de vin, source de vérité ?

Qui le sait ? Qui le dit ?

Quel prophète ?

Quel marchand ?

Vert je suis aujourd’hui

De la tête aux pieds

De midi à minuit

Jamais étant rassasié.

Demain cela changera.


Vérité ! Donc irréflexion.

Vous dont la parole est affliction.

Remontez vos pantalons

Et courez, courez vous cacher.


Aujourd’hui le vert est roi

Et son royaume est à moi.

Demain cela changera.


Jouez haut bois, résonnez musettes.

La musique dans la couleur existe

Je l’affirme et persiste.







-16-

loader

nl"Tic Tac...

nnnnOu

hommage à Serge."



J’avais déposé ma guitare au clous

Pour les beaux yeux de Marilou.

Ma feuille n’était pas à scandale

Mais ma tête était de chou

Et comme lui j’en était fou.

La carlingue

De mon zingue

Brûlée par la vitesse,

Hurlait à l’atterrissage

De ma conscience désolée.

Tic Tac, Tic Tac.


Le temps n’est pas si long

Arpentant les couloirs jusqu’au fond

De ma mémoire incandescente.



Tic Tac, Tic Tac.


Résonnez neurones, jouez impulsions.

Entraînez-moi à la descente

Sur des champs de blés murs prêts à la moisson.



Tic Tac, Tic Tac.


Je hante mon corps

De curieuses volutes.

Pensées évaporées…



Tic Tac, Tic Tac.


Le temps n’est pas si long

Arpentant les couloirs jusqu’au fond

De ma mémoire éteinte.


Ni joie, ni peine,

Ni collier, ni chaîne

Leur orthographe, oubliée même.


De tout, ne plus être

À nouveau avoir décollé

Pour une dimension bohème.


Au son de mes pas

Les murs des couloirs, désintégrés



nnnnnnnnnT

nnnnnni

nnnnnnnnnnnc ...


nnnnnnnnnnnnnnT

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnna

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnc...





nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnÉ


nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnv


nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnne


nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn


nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnt


nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnÉ





-17-

loader

"Considération du poète

nnnnnnsur...

nnnnL’Amour."


Et à tous les amoureux, éperdument amoureux, même si cela ne durera.


Car le temps que cet amour vivra,

Plus rien n'existera

Que toi et moi (Aurait dit le poète. )


Ouais mais pas moi, ne vous leurrez pas…

Je ne le suis pas (poète.)


Et toujours quelque chose en restera !

(Ça c'est encore lui qui en rajoute.)


nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnIls sont terribles les… Poets Poets !







-18-

loader

"Nuits blanches."

Dans les nuits blanches de mon coma artificiel

Je déambule dans les padures hantés par les strigoï.

Dans les nuits blanches de mon coma artificiel

Mon royaume n’est ni terre ni ciel.

L’apesanteur est mon état



Dans les nuits blanches de mon coma artificiel

Pour m’éclairer, ma chouette est là.

Dans le néant depuis bien longtemps ai plongé.

Et par ce grand saut l’autre côté ai rencontré.

Ici, tout n’est plus…

Ici, même rien ne l’est pas…

Un espace infini illuminé pas ses grands yeux…



-19-

loader

"Libre arbitre"

Parler est une chose.

Écouter en est une autre.

Lui, avait définitivement décidé d’écouter.

Dès lors, il se condamna à assister…

À des abominations verbales.

Certes et il est heureux que, tout être humain soit…

Théoriquement doté du libre arbitre.

Dès l’instant que celui-ci ne fût pas faussé au départ.

Prenons la religion par exemple :

L’église chrétienne aux alentour du VIème siècle après la mort de Jésus Christ, a bâillonné, étouffé, réprimé même et de manière plus que violente, l’idée de réincarnation.


Cela était plus que pratique et sécure pour la toute puissance de cette dernière.

De cette manière les croyants étaient totalement dépendants de l’idée d’enfer et du paradis.

D’un bon dieu tout puissant et miséricordieux

Et

D’un diable : (Satan. ) Incarnation du mal.

Ainsi les croyants étaient et sont encore maintenus dans la crainte d’aller en enfer, si ils ne vivent pas une vie dans les préceptes d’une religion, qu’elle qu’elle soit au reste.


Alors que l’idée de réincarnation exclue la notion de peur de mourir.

Tout ce que l’église ne voulait pas.

Car par la croyance en la réincarnation, les individus ne leurs étaient pas assujettis, ils étaient libres.

Toutes les religions n’ont fait que maintenir leurs adeptes comme des enfants, avec la promesse d’une récompense si ils se tiennent sages.


Ou la crainte de la punition si ils ne suivent pas les règles édictées dans les «saintes écriture. » Agrémentées d’images.


Soit du bon dieu, bienveillant avec sa barbe blanche (un peu comme un père Noël en somme. )


Soit du diable (Satan. ) Avec ses cornes et ses yeux de feu, ou autre détails effrayants.



Tout ceci est dans l’ordre des choses, des choses de la vie, de la vie de milliards d’êtres humains, ne sachant plus, ou ne l’ayant jamais su, que le libre arbitre existe.


Pas d’alternative. Sinon prier pour s’octroyer une petite place au paradis et surtout, prier, prier le plus possible pour éviter le purgatoire et pire, d’aller rôtir éternellement en enfer.


De plus et pour passer à un ton plus badin, tout cela est un énorme business… Les pèlerinages, les images pieuses, les bibelots en tout genre, les associations caritatives qui entre parenthèse, se doivent de maintenir leur quota de pauvres, sinon bien évidemment ils fermeraient boutique. Enfin, j’en passe et des meilleurs…


Donc et en résumé, la religion peut se targuer, d’être la dictature qui tient depuis le plus longtemps sur cette planète.

Et qui malheureusement n’est pas prête à tomber, puisque les individus soumis à cette dictature, n’ont évidemment pas la notion d’un dictateur physique, (Un père de la nation, qui un jour pourrait faillir. )

Mais un dieu omniprésent et parfait. Et qui de surcroît règne dans un monde meilleur… Où il attend les méritants.


Pour finir, le mot clé de la religion est la foi : du latin Fides (Confiance. )

J’ajouterais d’ailleurs aveugle, puisque c’est ce qu’il est demandé dans la religion.


Mais en y réfléchissant bien, si les milliards d’individus peuplant notre planète étaient moins aveugles en matière de foi et qu’ils avaient justement foi en leur libre arbitre…

Eh bien l’humanité ferait finalement exploser les dogmes posés comme d’immenses chapes de plomb, sur les consciences collectives.


nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnMoi j’dis ça, j’dis rien.



-20-

loader

"Libre arbitre suite."


Vous pourrez m’objecter et avec raison

Qu’une nouvelle dictature a été instaurée

Et cela depuis quelques années

En l’entité de l’informatique

Avec intelligence artificielle




...Et les faux cons, en attente d’une greffe.

Vous pourrez aussi par désespoir me dire larmoyant

Que la seule issue est de s’isoler.

Fini internet, pas de cellulaire,

Plus besoin d’enlever la batterie…

Lors d’une conversation.


Adieu la dépression

Fini les cachetons

Commandés furtivement sur internet.


Je vous dis tout ça car, cette idée est…

Plus que rependue.

Et qu’ayant pu entendre une personne

Convaincue de la chose.

Me confiant qu’elle se servait sur internet

En produits «Bio» Pour calmer son stress.



J’avais envie de lui confier à mon tour,

Que je me sers chez mon pharmacien

Pour mes médicaments contre l’épilepsie.

Et jamais ne passe par gogol pour cela.


De plus la dictature de la religion existe tout de même depuis…

Le VIème siècle après la mort de Jésus Christ


Alors que l’informatique

Date de 1962 c’est à dire qu’elle A…

57 Ans d’existence.


Donc, aux plus fervents adeptes.

Et aux plus croyants en cet enfer.

Je persisterais à dire qu’on n’effacera pas, si jamais cela devait arriver un jour…

15 Siècles de croyance en l’enfer et le paradis.


En l’espérance d’un monde meilleur, après une vie guidée par les préceptes de la religion.

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnMoi j'ai encor'dit ça..... J'dirai plus rien.






Laissez vos ressentis ici, ils seront les bienvenus

Tous les champs sont obligatoires