Avant toute chose comme vous pourrez le constater vous trouverez ci-dessous les différentes pages du site hormis celle où vous vous trouvez. Cela vous facilitera la tâche afin d'y aller.



loader


-Accueil-


-Cliquez ici-

loader


-Historiettes illustrées de Nessuno-


-Cliquez ici-


loader


-Ce sont les dernières pensées de Nessuno ?-


-Cliquez ici-

loader


-Oui oui ! Et là c'est la suite.-



-Cliquez ici-


loader


Pensées de Nessuno I

Chapitre Premier.

De 1 à 20


-Cliquez ici-

loader


Pensées de nessuno I

Chapitre Deuxième.

de 21 à 41


-Cliquez ici-


loader


Pensées de nessuno I

Chapitre troisième

de 42 à 62


-Cliquez ici-

loader


Pensées de Nessuno I

Chapitre quatrième

de 63 à 72


Cliquez ici-


loader


Pensées de Nessuno II

Chapitre Premier.

de 1 à 20.


-Cliquez ici-

loader


Pensées de Nessuno II

Chapitre deuxième

De 21 à 41.


Cliquez ici-


loader


Pensées de Nessuno II

Chapitre troisième.

De 42 à 62.


-Cliquez ici-

loader


Pensées de Nessuno II

Chapitre quatrième.

De 63 à 70.



-Cliquez ici-



PETITES NOUVELLES

de

"NESSUNO"


1 - Nyolis.



2 - Le manuel d'Ernest.



3 - Le petit Bonhomme qui danse.

4 - La vieille & le loup.



5 - Le monstre & la petite fille.



6 - Une hirondelle ne fait pas le pinçon.



-I-

"Nyolis"

I – Ces valises qui m’arrachent les bras, ces gens qui marchent et moi qui les vois passer, ces gouttes salées qui me brûlent un œil, l’autre, les deux. Ne frotte pas avec tes mains pourries. Mes poches sont vides, désespérément vides. Ah, attends ! … Non jette il est dégueulasse. Tiens, voilà une idée, tu pourrais tous les récupérer et faire un montage sur une toile, ce serait «de l’art concret». Toi qui aime travailler la matière c’est parfait ! Des centaines de Kleenex avec leurs crottes de nez. Sur ce qui reste de papier…


Non, je ne fais pas la manche, enfin pas aujourd’hui.

Ça serait d’ailleurs le luxe car à l’époque j’avais encore des Kleenex.


Non, je cherche seulement Niolys…


II – C’est le deuxième chameau à votre gauche.


I – Je n’ai jamais su reconnaître un chameau d’un dromadaire alors comment ? …


II – Simple ! Le chameau vu qu’il a deux bosses, dort sur le dos, calé entre trois dunes.


I – Ah, parfait merci.


II – Mais attention ! Si ce n’est pas un chameau à patte rétractiles, ne tournez surtout pas !


I – Ah ? !


II – Oui, pour vous en assurer, il vous faut absolument attendre la nuit, c’est à ce moment là qu’ils mettent en action leurs sabots.


I – Ah ! ? …


II – Oui, pour récupérer le maximum d’humidité. Ils ont d’ailleurs une plus grande autonomie, que ceux à pattes rigides, qui n’ont pas ce mouvement du sabot que je comparerais à une éponge voyez-vous.



II – à peu près, merci beaucoup.


La lune trônait dans le ciel et mon chameau incroyablement consciencieux, récupérait goutte à goutte, l’humidité de la nuit.


Je tournais, comme aimanté vers la gauche. Quelques mètres plus loin, des grognements et autres bruits indéfinissables, cassèrent le silence ouaté de cette nuit de pleine lune. Je tournais lentement la tête, puis le buste. Rien, personne… Je décidais donc de faire une halte, lnt possible mes valises au sol. M’étant assis sur la plus valide, j’imaginais cette merveille qu’était Niolys. Cet état où l’on écrit comme l’on marche, que l’on atteint qu’après des millénaires de cheminement, où la musique n’a plus besoin de portée car portée par une multitude d’oiseaux bariolés, peintres abstraits de toute abstraction.


Cet état caressé par un zéphyr sur lequel s’appuient les ailes de la liberté.


Cet état sans limite ou la notion même de possible n’existe pas, car sans commencement pour y arriver.


Cet état où la pensée n’est plus, car simplement on est


Cet état où donc, être ou ne pas être n’est pas d’actualité

Irradié par les rayons d’une incandescente clarté.


Cet état où le raisonnement cède, aux battements d’aile de l’oiseau migratoire de l’imaginaire.


À cet instant là, l’instant lui-même n’existe plus

Car étant état.


Me retournant de gauche à droite dans cette nuit infinie, je pris conscience que j’étais à Niolys.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


-II-

loader

"Le manuel d'Ernest"



Un certain Ernest de latroufandière lors d’un des innombrables salons littéraires qu’il fréquentait :


Lança, rebondissant sur une phrase creuse sur un ennuyeux débat existentialiste

«Peut importe de savoir naître, l’important étant de savoir mourir. »


Phrase au demeurant complètement stupide car… Comment savoir naître ? ? ? ? Je vous le demande. Mais bon, peu importe…

Toujours est-il que sa phrase eut un énorme succès au sein de l’assemblée ébahie.


Tant de succès que le Sieur de latroufandière décida, un peu sous les recommandations de madame (il faut bien le préciser. ) Dite Josépha, née Mercier. De se lancer dans la rédaction d’un manuel du "Parfait savoir mourir."


Son manuel eut tellement de succès que le couple vécu plus qu’aisément. Le manuel du "parfait savoir mourir" avait passé les frontières et sa renommée était allée jusqu‘en Asie.


En réalité, seule la femme d’Ernest de Latroufandière, connaissait le secret du manuscrit. Il est bien évident que toutes pages du manuel, n’étaient que cruellement fausses. Le manuel n’étant qu’une vile escroquerie.


Ernest sur son lit de mort, reçu la visite d’un vieux camarade de classe de Josépha qui, se penchant sur l’oreille d’Ernest, lui susurra : «Allez dis-moi le vrai parfait savoir mourir. »


Il était trop tard, Ernest était déjà parti dans un coma profond ou presque.


De colère le vieux camarade de Josépha, incontrôlé commença à hurler sur le pauvre Ernest sans réaction, puis le frappa fortement sur la poitrine. Ce qui ne résout rien dans un cas comateux, tout le monde sait cela.


De guerre lasse il le gifla à deux reprises puis tourna les talons en direction de la porte et disparu. Quelques secondes plus tard il resurgit et dans une ultime tentative se rapprocha d’Ernest à pas feutré, puis collé à son oreille lui souffla du tréfond de ses poumons, un cri faisant comme miraculeusement revenir Ernest à la vie.


Ce qui engendra une telle frayeur à Eustache, car ainsi se nommait le vieux camarade de Josépha.


Qu’il en tomba à la renverse quasi inanimé. Ernest descendit alors de son lit de futur mort, se pencha sur lui et d’une voix d’outre tombe :

«Le savoir mourir n’existe pas crétin !» Il existe des gens qui sont morts et qui ne le savent pas. Et d’autres qui se font surprendre. Comme toi.


Il existe des spéculateurs sur "la mort parfaitement digne" que j’ai inspiré par mes millions d’exemplaire de manuel.


Résultat : Toi tu pars et moi, je reste.

Tout ça, à cause de ta bêtise crasse, de ta soif de détenir une vérité qui n’existe pas…


La vérité est que les gens meurent par peur, par peur de mourir et que mon manuel fut le plus grand best seller avant la Bible, le Coran ou la Torah.


S’approchant à son tour à l’oreille d’Eustache et tout bas :

« Sur ce, je te salut bien bas et m’en vais me mettre à l’écriture d’un manuel du "savoir vivre parfaitement."


Et lui lançant goguenard, en un dernier clin d’œil :


«Je pense que ça devrait faire de gros tirages. »


Puis hélant sa femme :


– Josépha !


– Oui mon chéri !


– Viens ma belle nous avons du travail, il va te falloir réaffûter ta plume ! Je crois que je tiens une idée de génie.


Josépha le regardant avec des yeux pleins d’admiration et d’amour. Ayant toujours eu une relation plus que fusionnelle avec Ernest.


– Comme depuis toujours et jusqu’à la fin des temps mon aimé.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


-III-

loader

"Le petit bonhomme qui danse."


Il a prit le vent et cherche sa maison

Au milieu des numéros de portes.

Il était triste ce jour là et il a bu un peu.

Il n’a pas l’habitude alors ça tourne, tourne...

Alors pour oublier…


Il danse au milieu des images qui lui viennent.

Leur tend les doigts

Les frôle

Compte...

Un deux, trois.

Ne sait plus si c’est pour le rythme

Ou pour se rappeler du numéro de sa porte.

Derrière lui, croit voir le 23.

Et-ce là ?

Après tout, quelle importance !


Il a prit le vent ce soir

Les chiffres, les nombres, les lettres.

Le petit comptable

Jongle avec tout ce fatras.

Buvons, buvons, l’air !

L’air de la rue

Quelle qu’elle soit.



Sans A qui se dresse, sans porte.

Plus que le rythme

De son cœur au bord des lèvres.

Et impossible de crier

Trop bien éduqué.

Donc, il danse,

Il danse devant une porte

Sans numéro

Sans chiffre

Sans lettre

Au milieu des images qui lui viennent,

Leur tend les doigts,

Les frôle, compte

Un deux, trois.

Et s’en va.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


-IV-

loader

"la vieille et le loup."


Une vieille vit un loup de belle taille.

Elle qui n’était plus que rabougrie et gercée,

D’un œil aguerri par la montagne

Le fixa intensément et évalua ses proportions.



Dans la rigueur du froid,

Souffrant faim depuis jours et semaines

S’avança lentement vers l’animal aux yeux de feu.

Arrivant au pelage...

Le caressa avec la plus grande douceur.

Tant et si bien que monsieur loup en ronronna de bonheur.


Puis d’un seul coup

De ses mains noueuses.

Lui brisa le col,

Sortie couteau de ses hardes

Et le nettoya de manière consciencieuse.


Moralité :

Messieurs loups, méfiez vous des vieilles qui traînent aux détours des bois.



//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


-V-

loader

"Le monstre & la petite fille."


Il était une fois un monstre, errant par ci, par là dans les forêts profondes,

Il était une fois une petite fille se promenant dans le monde.


Le monstre un jour lassé des sombritudes des forêts d’où il venait, décida de faire un voyage, de prendre un aller simple pour des contrées inconnues.



Il vit ainsi le monde.

Assemblage de pièces étincelantes, machines se déplaçant à des vitesses inouïes, brumes pour lui à ce jour inconnues, odeurs encore inéprouvées.

Il ressentit alors un frisson envahissant son pelage.


Il rencontra d’autres monstres.

Différents, avec lesquels sa rudesse, peu à peu s’estompa.

Invité par ci, par là, à partager pitance, son regard un jour, se posa sur une monstresse de petite taille. D’abord effarouché par l’activité incessante du petit animal, Il prit tout de même le temps de la mieux flairer.

Son odeur n’était pas la même que celle des autres.

Une fraîcheur de rosé matinale, qui à l’habitude éveillait sa hure de vieux monstre.

Pitance après pitance, impatient de revoir le petit animal, on ne le vit plus qu’où il se trouvait.


Et toujours ces lumières lui passant devant les yeux

Ce ballet chaotique lui faisant presque tourner la tête.

Pourtant monstre aguerri, au regard aiguisé, Il était connu dans les forêts profondes pour être le chasseur le plus redoutable. Mais là…

Plus un bruit à percevoir, si ce n’est un bruissement de feuillage, entrecoupés de curieux sons à ce jour inconnus à ses oreilles.


Un bref instant son instinct de chasseur se remis aux aguets et son poil se hérissa sans qu’il ne pu le contrôler.

Percevant dans les yeux étincelant du petit animal cette calmitude sienne d’antan,

Il ne pu s’empêcher d’avancer sa grosse patte.

Il n’eut même le temps de grogner...

Que la petite monstresse avait déjà prit sa tête entre ses mains et lui chuchotait, ce que jamais personne ne lui avait dit.


Quelques jours plus tard, ils avaient disparus et jamais personne ne les revu.


Certains disent qu’il s’agit là d’une légende,

Certains autres, qu’ils virent réellement retourner le monstre patriarche avec celle qui était sa fille.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


-VI-

loader

"Une hirondelle ne fait pas le pinçon."


Une hirondelle passait par là

Quand sous son "elle" vit un pinçon.

Mademoiselle Hirondelle intriguée se figea.

Monsieur Pinçon, tout à son gargarisme

Vit en "aile" la promotion.

De baryton ténor

À baryton aigu

Légèreté ah légèreté !

Sous son "elle" monsieur Pinçon

Tout à sa promotion

Poussait inlassablement la note.


Les années passèrent

Et monsieur Pinçon vieillit

Avec l’image de mademoiselle Hirondelle

Mais jamais il ne fût baryton aigu.



...Une hirondelle ne fait pas le pinçon…

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Page vierge
Cette page vierge est faite pour laisser libre cours à votre imagination. Cliquez sur l'icône pour commencer à la remplir. Ajouter un bloc texte pour vous présenter ou rédiger un article, des actualités pour informer vos lecteurs, un slider pour apporter du dynamisme, un formulaire de contact pour être joignable, une galerie d'images pour illustrer vos propos... Créez votre page idéale, celle qui répondra au mieux à vos besoins.
Cliquez sur cette icône pour ajouter des blocs